Category Archives: taiwan full

Global tourism suffered its worst year on record in 2020, with international arrivals dropping by 74% according to the latest data from the World Tourism Organization (UNWTO). Destinations worldwide welcomed 1 billion fewer international arrivals in 2020 than in the previous year, due to an unprecedented fall in demand and widespread travel restrictions. This compares with the 4% decline recorded during the 2009 global economic crisis.

According to the latest UNWTO World Tourism Barometer, the collapse in international travel represents an estimated loss of USD 1.3 trillion in export revenues – more than 11 times the loss recorded during the 2009 global economic crisis. The crisis has put between 100 and 120 million direct tourism jobs at risk, many of them in small and medium-sized enterprises.

Due to the evolving nature of the pandemic, many countries are now reintroducing stricter travel restrictions. These include mandatory testing, quarantines and in some cases a complete closure of borders, all weighing on the resumption of international travel. At the same time, the gradual rollout of a COVID-19 vaccine is expected to help restore consumer confidence, contribute to the easing travel restrictions and slowly normalize travel during the year ahead.

UNWTO Secretary-General Zurab Pololikashvili said: “While much has been made in making safe international travel a possibility, we are aware that the crisis is far from over. The harmonization, coordination and digitalization of COVID-19 travel-related risk reduction measures, including testing, tracing and vaccination certificates, are essential foundations to promote safe travel and prepare for the recovery of tourism once conditions allow.”

Recovery outlook remains cautious
The latest UNWTO Panel of Experts survey shows a mixed outlook for 2021. Almost half of respondents (45%) envisaged better prospects for 2021 compared to last year, while 25% expect a similar performance and 30% foresee a worsening of results in 2021.

The overall prospects of a rebound in 2021 seem to have worsened. 50% of respondents now expect a rebound to occur only in 2022 as compared to 21% in October 2020. The remaining half of respondents still see a potential rebound in 2021, though below the expectations shown in the October 2020 survey (79% expected recovery in 2021).  As and when tourism does restart, the UNWTO Panel of Experts foresee growing demand for open-air and nature-based tourism activities, with domestic tourism and ‘slow travel’ experiences gaining increasing interest.

Looking further ahead, most experts do not to see a return to pre-pandemic levels happening before 2023. In fact, 43% of respondents point to 2023, while 41% expect a return to 2019 levels will only happen in 2024 or later. UNWTO’s extended scenarios for 2021-2024 indicate that it could take two-and-a-half to four years for international tourism to return to 2019 levels.

All world regions affected

Asia and the Pacific (-84%) – the first region to suffer the impact of the pandemic and the one with the highest level of travel restrictions currently in place – recorded the largest decrease in arrivals in 2020 (300 million fewer). The Middle East and Africa both recorded a 75% decline.

Europe recorded a 70% decrease in arrivals, despite a small and short-lived revival in the summer of 2020. The region suffered the largest drop in absolute terms, with over 500 million fewer international tourists in 2020. The Americas saw a 69% decrease in international arrivals, following somewhat better results in the last quarter of the year.

A full overview of the latest global, regional and sub-regional data can be found at the UNWTO World Tourism Barometer and the UNWTO Tourism Recovery Tracker.

Foie gras : l’horreur dans un élevage de canards reproducteurs

L214 a récemment diffusé des images tournées il y a quelques jours sur un site de reproduction de canards utilisés pour le foie gras, situé à Lichos dans les Pyrénées-Atlantiques. Le couvoir rattaché à ce site fait partie de ceux fournissant la filière IGP « Canard à foie gras du Sud-Ouest » (p. 56).
Rarement, dans un élevage, les images ont été aussi révoltantes et répugnantes. Souffrance des animaux, risques sanitaires, atteintes à l’environnement : L214 demande, pétition à l’appui, la fermeture urgente et définitive du site et un audit généralisé de l’ensemble des élevages de reproducteurs et couvoirs de la filière foie gras.

Pour produire du foie gras, on élève des canards mulards mâles, des hybrides stériles, obtenus par le croisement d’une cane Pékin et d’un canard de Barbarie.
Les photos et vidéos d’août 2020 que L214 a pu obtenir montrent un élevage de canards de Barbarie dont on prélève le sperme régulièrement pour inséminer artificiellement des canes Pékin.

Sur ces images particulièrement choquantes, on peut voir :
– un bâtiment sans fenêtre, délabré, contenant des dizaines de cages défoncées ;
des canards en vie, certains en souffrance extrême, au milieu de nombreux canards morts en état de putréfaction, parfois même à l’état de squelettes ;
– des canards enfermés dans des cages étroites, nues, entièrement grillagées : ils n’ont même pas d’espace pour étendre leurs ailes et leurs pattes sont blessées par le sol en métal ;
des cages tellement défoncées que des canards ont pu s’échapper et pataugent dans les excréments qui recouvrent uniformément le sol ;
le sol recouvert d’une couche de 15 cm d’excréments dans le bâtiment qui rend l’air irrespirable. Ce flot de déjections s’écoule également à l’extérieur, à proximité d’un cours d’eau classé Natura 2000 ;
– des rats, des asticots, des mouches et d’autres insectes en grand nombre.
La situation de cet élevage est catastrophique. Les conditions de vie des animaux sont effroyables, les risques sanitaires sont élevés, les atteintes à l’environnement sont alarmantes et les conditions de travail pour les salariés tout bonnement épouvantables.

Pour Sébastien Arsac, porte-parole de L214 : « En 15 ans d’enquêtes de terrain, jamais je n’avais vu une situation pareille ! Le bâtiment semble totalement à l’abandon, de vieilles cages sont complètement défoncées… Pourtant, non ! Cet élevage fonctionne, des canards sont à l’intérieur ! Ils y survivent au milieu de dizaines de cadavres en putréfaction, d’asticots, de rats et d’autres insectes. Et l’odeur ! Insoutenable… Les déjections ne sont pas gérées et le sol est recouvert d’une couche de 15 cm d’excréments. Ce flot de déjections se déverse à l’extérieur : un risque de pollution important pour le Saison, le cours d’eau classé Natura 2000 qui passe à proximité. De plus, avec cette accumulation de déjections, de crasse et de cadavres en décomposition, cet élevage est une véritable bombe sanitaire. La situation semble totalement hors de contrôle.
Cet élevage doit absolument fermer de toute urgence. Nous avons saisi les autorités en ce sens.

En décembre dernier, nous montrions que le couvoir de La Peyrouse laissait agoniser des milliers de canetons femelles dans les poubelles, pratique absolument interdite. Ces graves situations, coup sur coup, laissent penser que les carences des contrôles dans ce secteur sont importantes. Nous demandons au ministre de l’Agriculture un audit général des élevages reproducteurs et couvoirs de la filière foie gras et la publication in extenso des rapports d’inspection. »

image_pdfimage_print